Strauss – Trüb blinken nur die Sterne

Strauss – Trüb blinken nur die Sterne

On peu trouver, parmi les œuvres de jeunesses du compositeur, sept chœurs a capella dédiés à son bien-aimé père. Strauss a tout juste 16 ans et utilise déjà un langage très expressif. Il met en œuvre tous les moyens à sa disposition pour peindre l’atmosphère mélancolique du poème d’Adolf Böttger (1816 – 1870)

Trüb blinke, nur die Sterne,
wohin das Auge sieht,
wenn unser Liebstes fern
zur kalten Fremde zieht.

Die Herzen, die entbrennen
in liebesel’ger Lust,
empfinden erst beim Trennen
die Öd’ in ihrer Brust.

Frühling und Rose küssen
und kosen sich nicht satt,
ach ! Wenn sie scheiden müssen
fällt traurig Blatt auf Blatt.

Les étoiles brillent, tristement,
aussi loin que le regard se porte
quand notre amour s’en va
dans un lointain froid.

les coeurs qui s’enflamment amoureusement,
ne ressentent un vide
dans leur poitrine
qu’au moment de la séparation.

Printemps et rose, de s’embrasser
Et de déguster, ne se lassent pas,
Ah – quand il faut se quitter,
Tombent tristement, les feuilles.

Les commentaires sont clos.