GIF - 2 ko
Come again
MP3 - 1005.3 ko
Sorpano
MP3 - 1005.3 ko
Alto
MP3 - 1005.3 ko
Ténor
MP3 - 1005.3 ko
Basse
PDF - 68 ko
Partition

La version originale du poème comporte six strophes, mais elles ne sont généralement pas toutes chantées.

- 1. Come again,
- sweet love doth now invite.
- Thy graces that refrain,
- to do me due delight.
- To see, to hear, to touch, to kiss, to die,
- with thee again in sweetest sympathy.

- 2. Come again,
- that I may cease to mourn.
- Through thy unkind disdain,
- for now left and forlorn.
- I sit, I sigh, I weep, I faint, I die,
- in deadly pain and endless misery.

- 3. All the day,
- the sun that lends me shine,
- By frowns do cause me pine,
- and feeds me with delay.
- Her smiles, my springs, that makes, my joys, to grow,
- her frowns the winters of my woe.

- 4. All the night,
- my sleeps are full of dreams,
- My eyes are full of streams,
- my heart takes no delight.
- To see, the fruits, and joys, that some, do find,
- and mark the storms are me assigned.

- 5. Out alas,
- my faith is ever true.
- Yet will she never rue,
- nor yield me any grace.
- Her eyes, of fire, her heart, of flint, is made,
- whom tears nor truth may once invade.

- 6. Gentle love,
- draw forth thy wounding dart.
- Thou canst not pierce her heart,
- for I that to approve.
- By sighs, and tears, more hot, than are, thy shafts,
- did tempt while she for triumph laughs.

- 1 .Reviens
- L’amour exquis invite
- Les faveurs que tu me refuses
- À satisfaire le plaisir qui m’est dû
- À te contempler, t e toucher, t’embrasser, et mourir
- Avec toi dans la plus douce des harmonies.

- 2. Reviens
- Que je puisse cesser de porter le deuil
- Par ton cruel dédain
- Car à présent abandonné et malheureux
- Je reste assis à soupirer, à pleurer, je défaille et je meurs
- Dans de terribles souffrances et dans une détresse infinie.

- 3. Le jour,
- Le soleil qui me prête sa lumière
- Lorsqu’il s’assombrit me fait languir
- Et ne me nourrit que d’espérance
- Ses sourires sont les sources qui abreuvent mes joies
- Ses soucis les hivers de mon chagrin.

- 4. Toute la nuit,
- Mon sommeil est peuplé de rêves
- Mes yeux sont baignés par le flot de mes larmes
- Mon cœur ne se réjouit plus
- De contempler es fruits et les plaisirs dont certains se délectent
- Et porte les stigmates des tempêtes qui l’agitent

- 5. Hélas
- Ma foi est inébranlable
- Et pourtant, elle ne se repentira jamais
- Ni ne me cédera aucune de ses faveurs
- Ses yeux sont de feu, son cœur de pierre
- Et ni les larmes, ni la vérité ne sauraient l’atteindre

- 6. Délicieux amour
- Décoche ta flèche qui meurtrit
- Tu ne pourras percer son cœur
- Car je puis te le prouver
- Par des soupirs et des larmes plus chaudes que tes dards
- J’ai essayé, mais elle a ri de son triomphe.